Music review: Secret codes and battleships


Secret Codes & BattleshipsParler d’amour est aussi compliqué que de transcrire des codes et la relation est souvent conflictuelle à bien des niveaux, car elle est avant tout le rapprochement de deux personnes qui ne sont pas semblables. Darren Hayes avec ce 5ème album se propose d’explorer plusieurs phases de la relation amoureuse et tente de poser des mots sur une musique pop tantôt enjouée, tantôt mélancolique, teintée d’électro…

I TAKEN BY THE SEA : L’album s’ouvre sur une ballade romantique. On se laisse tanguer au son des instruments. Il est ici question d’une rencontre et des incertitudes et questionnements du début d’une rencontre… 2 DONT GIVE UP: Les sons synthétiques déjà plus présents sur ce titre relance le tempo. Malgré la thématique de la séparation, le morceau est d’une positivité à toute épreuve, et la voix de Darren Hayes de s’envoler sur la fin du morceau… 3 NEARLY LOVE: Ici le doute est omniprésent. Aimer oui, mais cela peut-il suffire? Hayes prend conscience sur ce titre qu’il faut renoncer car ce n’est pas encore assez pour l’autre. 4 BLACK OUT THE SUN: Quelques accords, et la voix grave vient se poser. Darren Hayes continue d’explorer le vide provoquer par la séparation. La musique est forcément mélancolique, et noir, à l’image du texte: "paint the sky in black, love isn’t coming back"…"stop all the rain and poison the ground, love doesn’t want to hang around". Pour Hayes ce titre donne la couleur de l’album. Le titre a été enregistré le jour de la mort de Michael Jackson, et il y a transmis toute son émotion!  5 TALK TALK TALK: 1er extrait révélé de cet album, démarre sur des sonorités définitivement électro. le refrain résume à lui-seul l’objectif du titre. Martelé, le "talk talk talk" exhorte à la discussion et à l’expression de ce qui reste souvent non-dit dans la relation de couple. 6 BLOODSTAINED HEART: de sa voiximage haut perchée, Darren Hayes évoque sur une ballade pop efficace, l’entrainement et la chute d’un couple qui n’a plus la force de croire et de renouveler la relation. L’amour est aveugle et il est prêt à suivre l’autre, malgré la chute ou les claques… 7 GOD WALKING INTO THE ROOM: réminiscence d’une relation cassée, le moment de rupture est douloureux, et Hayes évoque les souvenirs en usant du champ lexical de la religion, pour montrer combien sa relation était importante. Les accords de guitare viennent appuyer de temps à autres le chant. 8 HURT: sons de synthé qui introduisent le morceau, la voix entre, plus grave. Le texte plus original parle d’une personne qui n’aime pas, ou en fait a peur d’aimer, et qui préfère rejeter l’autre, plutôt que d’avouer ses sentiments. Les violons qui pleuvent sur le tout sont un petit régal. 9 ROSES: la ligne mélodique est tout d’abord presque indescriptible. Seul les percussions tels des battements se font entendre distinctement sur la voix. Le morceau nous invite tout simplement à profiter de la vie, des moments, et de ne pas passer à côté des choses, en gardant regrets et remords enfouis… "you can’t smell the roses when you’re gone… you’ll only get one life to get it right". 10 STUPID MISTAKE: Le son est rapide, entrainant, comme un tourbillon. Hayes avoue ses erreurs, sa conception erronée de l’amour qui l’a conduit à la rupture… 11 CRUEL CRUEL WORLD: sur ce morceau, on s’enfonce encore un peu plus dans la mélancolie… Hayes et sur un chemin de rédemption, au milieu "d’une ville d’étrangers" et compare la route à parcourir à un océan qu’il faudrait franchir  à la nage…  12 SIRENS CALLS: curieux morceau où l’on a l’impression que l’australien est accompagné de chanteurs corses… L’appel des sirènes, comme un appel à l’amour, la voix clamant des sentiments, face à des monstres et créatures venus d’ailleurs.

Et ne vous arrêtez pas là car selon les éditions, d’autres titres sont ajoutés! Sur la version DELUXE publiée sur iTunes, vous retrouverez le détonnant EXPLODE, Perfect,Tiny Little Flashlights, Nothing, Glorious (qui dure 6:18), et les versions Live! at The Attic de Talk Talk Talk et de Black Out the Sun

Une réponse à “Music review: Secret codes and battleships

  1. Pingback: Darren Hayes – Bloodstained heart |·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s