12 years a slave


Drame – 2013 – Drapeau des États-Unis États-Unis / Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni – Réalisé par: Steve McQueen – d’après les mémoires de Solomon Northup – Production: Regency Enterprises/ Film4/ River Road Entertainment
Plan B Entertainment – Budget: 20M$ – 2h13 – Avec
: Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender, Benedict Cumberbatch, Paul Dano, Paul Giamatti, Lupita Nyong’o, Sarah Paulson, Brad Pitt, Alfre Woodard

http://www.12yearsaslave.com/

Synopsis:

En 1841, Salomon Northup est un noir-américain libre, qui vit une vie paisible avec sa femme et ses deux enfants, dans l’ Etat de New-York. Alors que sa famille part pour quelques jours, il rencontre deux hommes qui lui proposent une opportunité d’emploi de musicien dans un spectacle ambulant. Surpris puis attiré par la proposition, Salomon, ivre après son repas, se réveillera dans une cellule, enchainé!

Il va vite comprendre qu’il a été piégé et fera parti d’un convoi clandestin de noirs embarqués pour rejoindre le sud ségrégationniste, probablement en manque d’une main d’œuvre gratuite, alors que les fuites sont de plus en plus fréquentes…

Arrivés sur les rives du Mississipi, les prisonniers sont accueillis par un négrier, Theophilus Freeman, qui organise un marché aux esclaves dans sa maison: les prix dépendent de la bonne forme ou des compétences présumés de telle ou telle personne…

Affublé d’un nouveau prénom, Platt, Northup rejoint comme d’autres la plantation de William Ford. Si ce dernier est loin d’être abolitionniste, il offre des conditions à peu prêt décentes son personnel. Mais bientôt des tensions vont se faire pressantes entre Northup et le charpentier Tibeats. A l’issue d’une bagarre, ne pouvant le protéger, Ford devra revendre Platt à un autre exploitant aux mœurs et caractère particuliers, Edwin Epps (Michael Fassbender)…

La Petite Critique:

Surprenant 3ème long métrage du réalisateur anglais, Steve Mc Queen! Car si ce n’est pas ses origines et son histoire, il a décidé de s’attacher à la question de l’esclavage dans l’Amérique de la fin du 19ème siècle.

Adaptant ce récit de Northup lui-même, on nous montre à voir toute la cruauté humaine, la violence souvent plus psychologique que physique, dans des plans-séquences à la limite du soutenable. Et le réalisateur de nous offrir des moments de respiration avec ce bayou calme paisible et beau qu’il nous offre à voir entre deux scènes dures.

La thématique est du coup bien abordé et le film atteint son but: réveiller les consciences sur un fait historique peu connu et finalement peu dénoncé, celui de ses enlèvements de masse du nord vers le sud du pays! Avoir!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s